Couverture – Zinguerie

Couverture Zinguerie et le métier de couvreur-zingueur

La conception et la réalisation des couvertures sont soumises aux règles de l'art, aux normes et avis techniques des organismes officiels ainsi qu'aux conseils de mise en œuvre des fabricants. Deux lignes de constructions sont cependant communes à toutes les techniques de poses : La ligne de niveau et la ligne de plus grande pente. (Chemin que suit l'eau par gravité sur un versant)

Elles sont perpendiculaires. Les éléments d'une couverture seront toujours disposés selon ces lignes qui serviront aussi de base à tous les tracés de mise en œuvre.

Les rives

Les rives sont les lignes qui déterminent les limites géométriques d'un versant. Elles peuvent être intégrées au versant (passage de cheminée, fenêtre de toit, ventilation), à la jonction de deux versants ou à la limite d'une construction. On les classe et on les traite de différentes façons selon leur orientation par rapport à la ligne de plus grande pente.

- Les rives que l'eau suit ou rives droites parallèles à la ligne de plus grande pente

- Les rives que l'eau fuit (faîtages, arêtiers) formant un angle aigu avec la ligne de niveau.

- Les rives qui reçoivent l'eau (égouts, noues, rives biaises) formant un angle obtus avec la ligne de niveau.

Une des grandes difficultés du métier de couvreur réside dans la façon de réaliser ces ouvrages selon qu'ils se trouvent à la jonction de versants ou pas. Le travail du couvreur consiste donc à choisir un matériau, une technique de pose, tracer l'emplacement de chaque éléments, façonner les matériaux puis les mettre en place en respectant les règles d'étanchéité, de fixation et éventuellement de dilatation.

Quelques réalisations de couverture-zinguerie par l'image

(Par ordre alphabétique)

Ammertzwiller :

Brunstatt Les Feuillères :

Brunstatt D :

Brunstatt L :

Burnhaupt Le Bas :

Didenheim :

Landser :

Masevaux :

Mulhouse Rue de Verdun :

Riedisheim :

Réf. Simon :

Steinbrunn :

Traubach Le Bas :

Willer :